Centre de diffusion et d'expérimentation
Calendrier help
Mois précédent Jour précédent Jour suivant Mois suivant
Vue par année Vue par mois Vue par semaine Aujourd'hui Rechercher Aller au mois

Déjà-rêvé



 

Déjà-rêvé

Présentation des projets réalisés au Fresnoy


Sophie Castonguay, Sylvie Chartrand, Marcus Freitas, Steve Giasson, Yoo-Tak Hong,

Janie J. Fort, Maria Legault, Danielle Raymond, Marie-Pier Théberge et Julie Turp.


du 9 au 16 septembre

Heures d'ouverture : du lundi au samedi de 11h à 17 h
Cocktail de la rentrée : Mercredi 8 septembre 17h 30
Vernissage : Vendredi 9 septembre, 5 à 7

 

deja_reve

 

Le propre d'un séminaire, est que se produisent un échange direct entre ceux qui y participent, et un enrichissement réciproque de leurs sensibilités, de leurs points de vues, de leurs connaissances, de leurs enjeux intellectuels, de leurs projets. C'est ainsi que le cercle d'un séminaire, resserré autour de celui qui l'anime, devient une véritable communauté. En donnant à l'Uqam, pour le doctorat en arts, avec la précieuse participation de mon ami Mario Côté, un séminaire sur le thèmeCopies, doubles, citations, imitations,remakes, "à la manière de...",je venais avec un large aperçu de cette thématique et de ses innombrables illustrations, que j'avais divisée en trois chapitres: imitation de la Nature par la Nature, imitation de la Nature par l'Homme, imitation de l'Homme par l'Homme, étant entendu que c'est cette dernière catégorie qui devait attirer notre attention, et appeler les cas de figures les plus intéressants pour nous. Si la pratique de la copie en peinture est aussi ancienne que la peinture elle-même, la littérature n'a cessé de procéder par citations, et le cinéma, pour des raisons plus ou moins louables, et avec des succès diversement appréciables, ne cesse de cultiver le goût des remakes.

Je pouvais supposer que les étudiant(e)s qui s'étaient inscrit(e)s à ce séminaire, se sentaient concerné(e)s ou du moins intéressé(e)s par cette thématique. Mais je ne pouvais soupçonner que la plupart avait déjà dans leurs curiosités et dans leurs productions artistiques personnelles, abordé d'une façon ou d'une autre, une de ces formes d'un éternel retour. On constatera aisément que les œuvres réalisées dans le cadre de cette aventure collective, viennent de préoccupations individuelles authentiques, antérieures au séminaire, mais qui ont pu y trouver une légitimation théorique ou historique, ou un élargissement de leurs perspectives. De cela témoigne l'absolue diversité des œuvres, des moyens artistiques et techniques mis en jeu : technologies digitales pour des « empreintes d’empreintes », à l’origine corporelles et picturales (Anthropométries d’Yves Klein), retranscription graphique manuelle et mise en forme de propos saisis dans la rue, sur des carnets, réactivation d'archives cinématographiques familiales par des projections in situ, création d’une offre culturelle sur téléphone mobile à partir d’un personnage de dessin animé inspiré des langages de la publicité, cinéma de l’intimité dont le partenaire filmé est une marionnette, remise en scène, décalquée et décalée, de la fin d'un grand classique du western (Le bon, la brute et le truand de Sergio Leone) devenant une scène bergmanienne, double  transfert d'une fable de Jean de la Fontaine, d'abord par traduction dans une autre langue (le coréen), puis par illustration dans un autre langage (l’animation), recherche des lieux de tournage de films célèbres, qui deviennent repérages pour des œuvres nouvelles...

Je crois pouvoir affirmer que chaque artiste a développé avec succès son projet personnel, tout en faisant l'offre généreuse de ses réactions et conseils aux autres, dont il(elle) a reçu en échange les mêmes marques d'attention. Il me semble juste que soit salué ce réseau de relations qui ont fait avancer chaque démarche et qui, dans la singularité, l'originalité de chaque œuvre constituant cette exposition, s'effacera naturellement, car un séminaire n'est qu'un accélérateur de ce que sont les échanges spontanées entre les personnes, les œuvres, les idées, au sein d’un milieu donné, comme celui de l'art.

Alain Fleischer

 

Remerciements :
Mario Côté, Alain Fleischer, Jean-René Lorand, Florent Le Duc, Olivier Anselot, Laure Fleitz, Léo Petit, Océane Thomas, Le Fresnoy, AFÉA, ÉAVM, OFQJ, FQRSC et CRSH.

Retour